Accueil > Archives > vnements 2018 / 2019


Festival Les fous de la rampe 2019

du 25 mars 2019 au 3 avril 2019

fous de la rampe

 

Soirée d’ouverture

Lundi 25 mars | 20h
Des couteaux dans les poules
Collectif Louvoyer Dodeline - 1h30
Le Village et son silence. La nuit après la journée au travail. De la boue parterre, sur les pieds. Dehors, les champs. Le meunier, son moulin. Plus loin, le monde, la ville ? Ou Dieu. Ici, le langage trouve sa matrice au coeur de la terre et des choses sur lesquelles on trébuche. Les poules. Les choses insignifiantes parce qu’inutiles pourtant lourdes d’histoires et de mémoires, seraient mères de la parole, force poétique témoin de l’attention qu’on porte au monde. Les couteaux sont les noms. Ce monde proprement humain constitué par le langage est nécessairement mutilé. Nommer, pointer du doigt, transgresser: réduire la chose à un seul morceau imparfait d’elle. C’est aussi notre salut, condition pour la liberté.
Suivi de la présentation du jury 2019 & d'un cocktail d’ouverture

Spectacles étudiants

Lui

Mardi 26 mars | 19h
Mercredi 27 mars | 21h
Compagnie Monochrome - 45min
Lui c’est une soirée souvenir avec un subconscient. Lui c’est un cycle qui se répète. Lui c’est eux, ceux qu’Elle a aimé, chacun à un rythme différent. Elle n’arrive pas à parler, à dire le fond de sa pensée. Alors le Choeur va lui permettre de comprendre ce qui ne va pas et la convaincre d’avancer. Mais peuvent-ils vraiment y faire quelque chose ?
En savoir plus

Partisans

Mardi 26 mars | 21h
Compagnie Soleil D’Hiver - 1h
L’histoire commence avec la rencontre de trois jeunes gens qui se retrouvent dans la rue pour organiser le Conseil National de la Résistance. Une fois les mots de passe donnés, ils doivent attendre la fin de la réunion pour reconduire leur chef de parti politique en lieu sûr. Mais voilà, le Conseil ne se plie pas en dix minutes. C’est une longue attente pour eux qui commencent et de longues discussions politiques, morales, idéologiques, sur l’engagement de la jeunesse, la révolte, la liberté, idées qu’ils défendent avec beaucoup de conviction. Cette fiction qui s’entremêle avec l’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale entre en résonance avec notre temps. Il nous a semblé important de la jouer aujourd’hui à l’université et ailleurs pour montrer aux spectateurs ce que la force des convictions peut faire. C’est une pièce qui parle d’espoir et elle nous permet de nous engager à la manière dont Stéphane Hessel le défendait de son vivant : lutter ensemble, s’indigner.
En savoir plus

Fine lame

Jeudi 28 mars | 19h
Vendredi 29 mars | 21h
30min
Souffrant de sa solitude, un assassin recueille un bébé irlandais et lui apprend à manier sa lame et à aiguiser sa langue. Ambivalente, la verve poétique apaise leurs démons intérieurs autant qu’elle attise leur goût du sang. La guerre éclate et désempare ces deux personnages pourtant baignés dans le crime, les séparant l’un de l’autre. Alors que l’assassin a fait de son langage une arme à double-tranchant qui le mènera à sa perte, sa jeune élève se rebellera et saura puiser la force nécessaire pour passer du métier de tueur à celui de poète. C’est par la danse et l’humour que la vie parvient toujours à se faufiler dans leur quotidien, pourtant macabre. Ce spectacle est conçu comme un voyage qui emmène de la terre d’Irlande jusqu’aux confins de l’Inde et laisse au public le plaisir d’être « seul témoin de leurs joutes verbales
En savoir plus

Cellule(s)

Jeudi 28 mars | 21h
Vendredi 29 mars | 19h
Collectif Insomnium - 1h
Un monde qui fait interner ses citoyens responsables d’un crime. Leur punition : revivre continuellement leur crime. Analyser leur comportement. Revivre continuellement leur crime. Déterminer à quel point s’étend leur implication. Revivre continuellement leur crime. Reconnaître ainsi les premiers signes du mal pour l’effacer de la société. Revivre continuellement leur crime. Leur punition : revivre continuellement leur crime. Est-ce comme cela que l’on bâtit une société vertueuse ? Les bonnes sont là pour Madame. Et cet épisode de leur vie se répète encore et toujours. Elles, leur vie, leur venin, l’amertume qui coule en elles, tout cela est un cycle. Elles ne sont pas pour autant constantes. Elles sont, à l’inverse, aléatoires et ambivalentes. La seule chose qui les définit est cette violence réprimée. Le fantasme du meurtre de leur maitresse. Dans leur monde, il n’existe rien d’autre que cette journée qui recommence, toujours pareille. La survie de Madame se fait le marqueur de l’incapacité qui les écrase. Asséchées par un geôlier trop solaire, les bonnes ne sont pas discernables. Toujours elles se dominent, jamais de manière pérenne. Leurs humeurs se compensent. Leur amour n’est pas construit sur une base fraternelle, mais sur une tentative de survie. Elles sont mutuellement le seul objet qu’elles possèdent. À travers leurs rites quotidiens, elles s’enfoncent, elles s’avalent, elles s’effacent. On aime regarder leur jeu. On se plait à rentrer dans leur ronde. On s’imagine les stimuler, nourrir le moisi qu’elles cultivent en elles.
En savoir plus

Nous voir nous – Cinq visages pour Camille Brunelle

Lundi 1er avril | 19h
Mardi 2 avril | 21h
Collectif (En)sensible - 1h
Nous voir nous » retrace l’histoire de cinq prétendus amis lors d’une même soirée à travers les réseaux sociaux.,Sous une avalanche de photographies, de flashs et de vidéos, les cinq personnages sur un rythme effréné nous dévoilent chacun leurs vies, mais est-ce réellement la leur ? Au fil de la pièce, le temps se dilate et l’on découvre de nouvelles versions de la même histoire. C’est un véritable univers froid et superficiel fait de rivalités qui se dévoile peu à peu. Où s’arrête la réalité et où commence la fiction ? Comment manipulons-nous la réalité à travers les écrans, les images ? Jusqu’où iront-ils pour théâtraliser leurs vies ?
En savoir plus

La jeune fille aux coquelicots ou comment cuisiner la poésie ?

Lundi 1er avril | 21h
Mardi 2 avril | 19h
Compagnie De La Boue Au Nénuphar - 1h
Que se cache-t-il derrière ce titre ? Ici le terme cuisiner est autant culinaire que policier. Entrez visiteurs curieux dans ce sanctuaire poussiéreux, prenez une pause là où le mystère repose, au sein de cette bâtisse chargée d’histoire un coeur éctoplasmique bat dans le noir. Vous prendrez bien une tranche de tendresse voilée, à moins que vous ne préfériez un verre de larmes de regret ? En tarte ou en salade la poésie est la spécialité de notre établissement, qui organise son lancement. Du reste elle est plutôt digeste à ce qu’on dit, à moins qu’on ne tombe sur un os…
En savoir plus

Soirée de clôture 

Mercredi 3 avril | 20h
Allo Linda ?
Compagnie Little Boy
Il s’agit de donner au public les clefs et l’essentiel de l’univers du dramaturge franco-Argentin. Raoul Damonte (dit COPI), est l’un des auteurs peu connus du « grand public » mais qui mérite la plus grande attention. Au croisement du « Grand guignol », de la caricature, de l’absurde et du poétique, COPI exhibe sur scène, tous les « marginaux » d’une société contemporaine. Son univers est sanglant, atroce, tragique mais toujours drôle. COPI instruit et bouscule par le rire. Bouscule toujours par le rire, devrait-on dire. Oui, les faits sont là : Dans un monde où l’on torture des homosexuels, où l’avortement est puni par la loi, où la « manif pour tous » et ses intégristes prennent de plus en plus de place, où les extrémistes au pouvoir dans certains pays, tuent leur propre peuple, COPI résonne tragiquement juste, avec l’actualité brûlante d’aujourd’hui. Il nous a paru évident de réagir et de montrer, à tous, le génie de cet auteur et de tirer, une nouvelle fois, le signal d’alarme, grâce à son univers, choquant et drôle. Absurde, c’est sûrement le mot juste.
Suivie de la remise du prix au lauréat 2019 et d’un cocktail de clôture

Lieu(x)
Caen - campus 1, Maison de l'tudiant

Télécharger la page

Dernière modification : 29 mars 2019


PRATIQUE

gratuit

RENSEIGNEMENT

Maison de l'étudiant (Caen)
Caen · campus 1
02 31 56 60 96

UNICAEN
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix | CS 14032 | 14032 CAEN cedex 5